L’Intelligence économique au cœur de Préventica international Dakar 2017

4 Oct 2017
Babacar Socrate DIALLO
267
0

I -LE CONTEXTE GEOPOLITIQUE ET GEOECONOMIQUE

Je dois, avant toute chose, saluer et magnifier, dans sa plus belle expression, le coup de génie de la Directrice de la Prévention des Risques Professionnels de la Sécurité sociale du Sénégal qui, en parfaite synergie avec son Directeur Général, clairvoyant et entreprenant, l’a soutenue de bout en bout pour lui permettre, dans le cadre d’un partenariat de bon aloi avec PREVENTICA INTERNATIONAL, d’arriver à la concrétisation de cette belle et salutaire initiative, «  le 1er Forum International Pour La Maîtrise Globale des Risques en Afrique de l’Ouest », organisé pour la première fois , dans l’aire subsaharien du continent africain, à Dakar, au Sénégal.

Préventica Dakar 16 3

Ce premier forum international, très certainement la plus importante manifestation du genre, au Sénégal, se déroule dans le contexte géopolitique d’un monde en grand désordre, caractérisé par la permanence de tous les risques et la montée des périls de toute sorte, en particulier, dans le continent africain qui est  à la recherche de remèdes pour promouvoir son  développement et faire face à tous ces  défis dont l’insécurité, la concurrence internationale liée à la mondialisation, et les lenteurs du regroupement sous régional qui constituent un handicap majeur pour  son intégration dans l’économie mondiale.

Les profondes mutations qu’accompagnent la montée en puissance  des blocs économiques régionaux et la mondialisation des échanges commerciaux exigent des différents acteurs, tant au niveau national que régional, des capacités techniques pour une meilleure compréhension des grands enjeux internationaux.

En effet, les décideurs publics comme privés, les hauts fonctionnaires et experts internationaux doivent être formés sur  les grandes questions géopolitiques  géostratégiques  et géoéconomiques  pour disposer d’une excellente grille de lecture des grands enjeux nationaux et internationaux.

A l’heure où la mondialisation et la globalisation ont provoqué à l’échelle planétaire des bouleversements tels, qu’elles invitent à repenser les stratégies des États comme des Entreprises, aussi bien dans leurs champs d’actions, leurs marges de manœuvre que les moyens à leur disposition, le Centre d’Etudes  Diplomatiques et Stratégique (CEDS) de Dakar, à travers l’Ecole Panafricaine d’Intelligence Economique et de Stratégie (EPIES), entend jouer un rôle plus actif aux côtés des Etats et des Gouvernements africains, des institutions régionales et de la société civile pour les aider à relever ces défis internationaux notamment en s’appropriant la pensée stratégique et l’Intelligence économique.

C’est dans ce  cadre que s’inscrit l’extension des activités de recherches et d’enseignement du CEDS de Dakar par la création de l’EPIES ; c’est aussi dans ce sens que, pour le développement de l’Afrique, nous avons pensé qu’inscrire  l’Intelligence Economique au centre des grandes réflexions  de PREVENTICA INTERNATIONAL DAKAR, constitue un atout, un levier stratégique de tout premier plan pour prémunir les Etats, les Entreprises , les organisations et même les individus de tous les risques inhérents à la société de l’information métastasée et transformée par le numérique.

II- PRESENTATION DU CENTRE D’ETUDES DIPLOMATIQUES ET STRATEGIQUES (CEDS) DE DAKAR

ET DE L’ECOLE PANAFRICAINE D’INTELLIGENCE ECONOMIQUE ET STRATEGIQUE (EPIES)

Le CEDS est un Établissement libre, d’enseignement supérieur post universitaire à but non lucratif qui dispose du statut d’Organisation Internationale à vocation académique en accord avec les autorités sénégalaises. Il a installé son siège pour l’Afrique de l’Ouest à Dakar, depuis décembre 1999. Il est exclusivement destiné aux dirigeants, décideurs de l’Administration, Hauts Fonctionnaires, Officiers Supérieurs, Officiers Généraux,  Magistrats,   membres des Gouvernements, des Assemblées Nationales et Locales.

Il est aussi ouvert à tous les décideurs et dirigeants du secteur privé et des organisations  internationales et autres acteurs non étatiques.

Il représente en Afrique, l’une des rares institutions de formation postuniversitaire d’enseignement supérieur et de recherches sur les questions internationales et stratégiques. Accueillant des auditeurs venant de tous les horizons du continent,  véritable « Think Tank » à la disposition de tous les Etats Africains, il est l’unique organisme de formation du genre en Afrique. Il a ainsi contribué au renforcement des capacités de plusieurs centaines de décideurs Africains (Ministres, Présidents d’institutions publiques, Diplomates, Parlementaires, Magistrats, Hauts cadres de l’Administration, Experts internationaux, Généraux des armées, Officiers supérieurs de la Gendarmerie et Commissaires de la police), toutes nationalités confondues.

Le CEDS concourt également à la compréhension de la pensée stratégique, de l’analyse géopolitique et à la promotion du développement local et de la coopération décentralisée, par le renforcement des capacités des élus locaux et des acteurs non étatiques.Il a aussi à son actif, l’organisation de plusieurs conférences et séminaires internationaux ayant regroupé des grandes personnalités de l’espace euro-africain ainsi que des voyages d’études à travers plusieurs capitales africaines, européennes et américaines.

En 2009, après avoir constaté que le  le développement du numérique a  fortement influencé et réorienté la pensée stratégique , notamment dans la conception et la perception de l’information, le CEDS de Dakar, dans le cadre d’un nouveau partenariat avec l’Ecole de Guerre Economique de Paris (EGE) sous la direction de Christian HARBULOT, avec le concours du Colonel(CR) Jean François BIANCHI, de François JEANNE-BEYLOT et le soutien des plus hautes autorités sénégalaises, décide de créer l’Ecole Panafricaine d’Intelligence Economique et de Stratégie (EPIES), afin d’arrimer l’Afrique à la société de l’Intelligence Economique dont, à l’époque on avait qu’une connaissance et une compréhension particulièrement diffuses pour ne pas dire quasi inexistantes.

C’est ainsi qu’ à partir de Novembre 2009, grâce à une très forte implication des autorités sénégalaises, l’Intelligence Economique émerge en Afrique, avec un cadre académique qui lui est dédié pour la dispensed’une formation académique de très haut niveau. Cette formation qui a déjà enregistré la sortie de plusieurs promotions, de 2009 à nos jours, aiderales décideurs du continent à comprendre et à s’approprier ce nouvel outil qui est au cœur de la collecte, de l’analyse, de la valorisation, de la diffusion et de la protection de l’information stratégique notamment économique ,dont le but ultime est de renforcer la compétitivité des Etats, des Entreprises et de toutes les instances de recherche.

III – L’EPIES  ET LES OBJECTIFS PARTAGES AU PROFIT DE PREVENTICA INTERNATIONAL DAKAR

La finalité de l’EPIES, c’est de former les décideurs du Sénégal mais aussi de la sous-région, à la manière de comprendre les incertitudes qui pèsent sur les organisations à la  suite aux mutations numériques et géopolitiques de la dernière décennie, d’expliciter la complexité et les impacts des antagonismes économiques, d’avoir une bonne compréhension de ce qu’est l’information stratégique, de déchiffrer et maîtriser les stratégies à déployer dans  environnement fortement concurrentiel voire hostile, de développer la volonté et les facultés de résilience des pouvoirs publics et des acteurs non étatiques.

En somme, dans l’universalité de sa démarche, l’EPIES cherche à accompagner et à renforcer les capacités des Etats africains, des Entreprises et des Centres de recherche, en particulier de l’espace francophone, pour une véritable appropriation de l’Intelligence Economique dans la perspective de la maîtrise, de la gestion et de la protection de l’information stratégique orientée vers développement économique et social. Pour  que cette démarche atteigne la parfaite mesure de son efficacité, elle est articulée autour d’objectifs spécifiques précis pour :

  • Amener les Etats africains, tout particulièrement l’Etat du Sénégal mais aussi les entreprises sénégalaises à comprendre la nécessité de s’ouvrir et de cerner l’importance de l’Intelligence Economique (IE) en tant qu’elle consiste pour tous les décideurs en la maîtrise et en la protection de l’information stratégique ;
  • Produire des informations stratégiques en mobilisant la capacité d’analyse et d’anticipations des décideurs et de leur collaborateurs.
  • Asseoir de manière pérenne ses activités économiques et les développer dans un environnement concurrentiel en prenant les bonnes décisions et avec réactivité.
  • Saisir toutes les opportunités qui se présentent pour être au diapason des innovations en termes de gains de productivité, de conquêtes de nouvelles parts de marché et de constitution de partenariats gagnant-gagnants
  • Mettre en évidence les menaces, les risques pour les contenir et les éradiquer
  • Amener les participants à s’approprier toutes les opportunités que leur offre l’IE en tant que réponse culturelle et opérationnelle aux problématiques de la mondialisation et de la globalisation de la société de l’information dont le numérique constitue aujourd’hui le principal sinon l’exclusif support.
  • Maîtriser les enjeux de la société de l’information, de l’économie du numérique et de l’économie de  la connaissance pour donner aux décideurs et dirigeants africains les moyens de relever les nouveaux défis ;
  • Développer les capacités de veille technologique et de prospective pour être au diapason de l’évolution de la société de l’information, notamment ,par la mise en œuvre dans les pays africains, d’une stratégie nationale pertinente et intégrée pour la sécurité des systèmes d’information contre les malveillances et les cyber attaques.

IV- RESULTATS ATTENDUS

Le CEDS de Dakar et l’Ecole Panafricaine d’Intelligence Economique et de Stratégie attendent, entre autres, que ce « 1er Forum International Pour La Maîtrise Globale des Risques en Afrique de l’Ouest », constitue à la fois, une passerelle et un tremplin supplémentaires pour aider à la mobilisation et remobilisation de tous les acteurs économiques et décideurs politiques. En effet il devient de plus en plus urgent à les amener à s’approprier les multiples enjeux de l’Intelligence Economique en particulier dans sa dimension de gouvernance de l’information stratégique,de perception de l’importance voire de la nécessité d’un système d’information unique pour l’Etat, les Entreprises et d’une stratégie nationale intégrée de  la sécurité des systèmes d’information.

En effet dans  un monde hyper connecté, pour ne pas dire démesurément connecté, où les informations de toutes sortes circulent sans frontière et sans filtre, leur maîtrise est devenue un enjeu capital pour la sûreté et la sécurité des Etats et des entreprises en généralmais aussi pour leur développement économique dont l’attractivité  des investissements constitue une donne essentielle. C’est donc dire que, dans les dédales et les diaclases de la mondialisation où les nouveaux systèmes d’information règnent en maître, toute la difficulté est de savoir comment, dans ce flots continus données intarissables, savoir capturer l’information directement utile à la stratégie de l’Etat et/où de l’Entreprise pour lui permettre, non seulement d’être compétitif, mais encore et surtout de se protéger dans un environnement assurément concurrentiel et infesté de prédateurs.

C’est là que l’information stratégique se présente comme la sève nourricière de tout Etat, de toute Entreprise. Elle est, au sens figuré comme au sens propre, le bulbe rachidien de l’Etat, de l’Entreprise. Elle est la matière première sine qua non, donc indispensable à toute décision qui peut impacter directement, négativement où positivement le destin d’un pays, d’une nation d’une Entreprise, aussi bien dans  son développement économique et social, dans sa survie que dans son expansion.

Au demeurant, pour donner véritablement sens à la disponibilité de l’information stratégique en lui conférant toute sa valeur et toute sa vitalité, il faut absolument qu’elle soit insérée par l’Etat où l’Entreprise dans un système d’information qui soit en parfaite adéquation avec  leurs objectifs stratégiques. En effet le système d’information est le fil d’Ariane de l’atteinte, par l’Entreprise, des objectifs stratégiques qu’elle a définis ; c’est lui qui éclaire et donne vie à tout le processus de décisions stratégiques qui fait partie intégrante du processus de management et de gestion stratégique de l’Entreprise.

Le système d’information est le dispositif central de toute l’Entreprise, au niveau méso-économique, et de l’Etat au niveau macro-économique. Bulbe rachidien de l’Entreprise et/ou de l’Etat, il est le support de toutes les décisions. Partie intégrante de la démarche d’intelligence économique, il en traduit toute l’expression car il intègre toutes les technologies de l’information qui ont permis le développement du concept ; il met la technique au service du contenu informationnel.

C’est grâce au système d’information que l’Entreprise et/ou l’Etat peuvent récupérer, stocker et analyser une quantité d’informations qui excèdent largement les capacités de raisonnement de l’homme. C’est pourquoi, il est absolument nécessaire pour chaque pays, de se doter d’une stratégie nationale intégrée de sécurité des systèmes d’information.

Tout ce qui précède, pour rappeler qu’au nombre de ses enjeux multiformes, l’information stratégique et la sécurité des systèmes d’informations sont parmiles principales préoccupations de l’Intelligence Economique qui infère des missions à la fois informatives, anticipatrices et proactives

Le devoir nous incombe d’ailleurs, de saisir cette occasion pour lancer une alerte à tous les Etats Africains pour que les décideurs politiques sachent qu’il est impossible d’assurer la sécurité nationale des systèmes d’information dans un écosystème numérique éclaté et « anarchique ordonnée » comme on le constate dans certains pays . Le Sénégal n’échappe pas à cette situation qu’il doit très urgemment corriger , pour se mettre à l’abris de surprises dévastatrices. Les pays d’ Afrique francophone devraient méditer l’expérience de la France qui, à travers l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI), s’est dotée d’une Autorité nationale en matière de sécurité et de défense des systèmes d’information,  qui est tout à fait disponible pour coopérer avec les pays africains.

Les participants à cette rencontre sauront que l’avantage compétitif qu’ils peuvent tirer de la compréhension de l’Intelligence Economique, repose sur leur capacité à gouverner le déluge d’informations générées par leur système d’information dont ils doivent extraire celles qui sont  exclusivement utiles pour  bâtir leur stratégie avec le maximum de réactivité.

En conclusion, nous ne pouvons que remercier et féliciter les initiateurs ce cette manifestation sublime , notamment la Direction Générale de la Sécurité Sociale du Sénégal et tout particulièrement la Direction de la Protection des Risques Professionnels qui n’a ménagé aucun effort pour arriver à ce résultat tangible que nous savourons tous et qui intervient opportunément dans un contexte caractérisé par la montée de tous les périls, la permanence et la tendance à l’hybridation de toutes les menaces et de tous  les risques, ces dangers potentiels, plus ou moins prévisibles, liés à notre environnement, que nous côtoyons consciemment ou inconsciemment tous les jours sans savoir quelles réponses leur apporter.

Nos remerciements et nos félicitations vont aussi à PREVENTICA INTERNATIONAL , dont nous pouvons témoigner du professionnalisme à toute épreuve et de sa volonté sincère de partager en toute convivialité son expérience et son savoir-faire, pour accompagner les pays africains, le Sénégal en particulier, dans la maîtrise globale des risques .Son partenariatavec la Caisse de la Sécurité du Sénégal doit être magnifié et incrusté en lettres d’or au fronton des deux Institutions qui ont déjà cristallisé leur énergiepour la pérennité biannuelle  de l’exercice , à travers PREVENTICA INTERNATIONAL DAKAR ;

Puisse cette grande initiative , dont le CEDS de Dakar et l’EPIES ont eu l’insigne honneur d’être partenaires officiels associés des premières heures, essaimer et prospérer dans toute l’Afrique de l’Ouest ainsi que les organisateurs en ont manifesté la volonté et le dessein.

L'Auteur

Babacar Socrate DIALLO
Babacar Socrate DIALLO
Babacar Socrate DIALLO occupe actuellement les fonctions de Directeur Général du Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques (CEDS) de Dakar fondé avec le concours et le soutien du Ministère Français des Affaires Etrangères et de la Coopération. Précurseur, avec l’Ecole de Guerre Economique(EGE) de Paris, de l’essaimage et de l’appropriation de l’Intelligence Economique en Afrique sub-saharienne.

Il est Directeur-Fondateur de l'Ecole Panafricaine d'Intelligence Economique et de Stratégie (EPIES). Il a contribué à la création , au sein du CEDS, de l’Observatoire des Menaces Terroristes, des Radicalismes, des Risques Criminels, Professionnels et Cindyniques(OM2R)., Psychosociologue, Polémologue, Formateur-Chercheur pluridisciplinaire, il est titulaire de plusieurs diplômes universitaires en histoire, en géopolitique, en science politique, en Science diplomatique.

Professeur Honoris Causa de l’Ecole des Hautes Etudes Internationales de Paris, Fondateur de l’Ecole doctorale/Ph D, du CEDS de Dakar, in International Relations, Diplomacy and Business Diplomacy. Il est par ailleurs Chevallier de l’Ordre National du Lion du Sénégal et Chevalier de l’Ordre National du Mérite Français

Laisser un commentaire